Délégationdu Loir-et-Cher

Économie solidaire : « Ça n’a pas de prix »

publié en juin 2014

L’économie solidaire porte en elle de multiples facettes.

D’abord, la solidarité avec la planète par le non-gaspillage car dans les boutiques, les produits vendus proviennent d’un recyclage et vivent une deuxième vie. C’est le cas des produits provenant de surplus de la production alimentaire ou de magasins. C’est le cas des vêtements qui sont donnés après avoir été utilisés, triés puis remis en état. C’est aussi le cas de ces jardins qui exploitent des terrains laissés en friche.

C’est ainsi la solidarité qui permet à des personnes en difficulté de boucler leur budget en achetant à prix faible des produits d’alimentation et des vêtements, en produisant eux-mêmes leurs légumes ou en engageant des projets grâce au microcrédit.

C’est aussi la solidarité dans l’action : un certain nombre de personnes qui s’investissent dans ces boutiques sont celles qui, hier, venaient timidement pousser la porte pour en profiter. Et c’est là le véritable aboutissement de la mission du Secours Catholique : permettre à des personnes de se remettre debout et de se réinsérer dans la société. Les boutiques, les jardins, les projets sont des lieux propices à la rencontre, à l’écoute, à la reconnaissance de l’autre dans ses difficultés et ses compétences.

C’est leur donner des moyens de retourner à la vie active, de servir les autres en s’investissant dans des organisations qui leur permettent de s’aider eux-mêmes.

Pour toutes ces raisons, la générosité de tous est indispensable.

Voici une histoire vécue. Un monsieur se présente dans une boutique solidaire. Il donne l’image de quelqu’un de banal, maladif et fatigué. À l’écart dans un autre coin du magasin, une toute nouvelle « bénévole », elle-même bénéficiaire des aides, participait aux travaux de rangement. Malgré son peu d’assurance, elle va cependant vers la personne qui semble un peu perdue, l’aide à chercher et à essayer. Au moment de « payer » le prix modique, le monsieur dit combien il a été touché par la délicatesse, l’aide et le contact vrai qui s’est établi : « Vous m’avez regardé, ça n’a pas de prix ! » Et alors il y a le sourire et la joie de cette bénévole à qui on a fait confiance en lui donnant une responsabilité et qui a découvert sa capacité de « donner » et « ça n’a pas de prix ! »

Martine Joly
Présidente de la délégation du Loir-et-Cher du Secours Catholique

Pages spéciales du Loir-et-Cher de Messages - n° 678 - avril 2013
(PDF - 1,8 Mo)

Imprimer cette page

Document

Faites un don en ligne